GRATUITE DES TRANSPORTS…Parlons-en !

Le Président de la communauté urbaine a consenti, après nous avoir opposé une fin de recevoir pendant de nombreuses années, de mettre à l’essai la gratuité des transports en commun pendant les pics de pollution de niveau 2.

Il s’agit là d’une mesurette bien timorée qui ne prend pas en compte la gravité de la situation.La pollution ne sévit pas uniquement lors des pics de pollution.Les effets de la pollution atmosphérique génèrent une mortalité supérieure à celle du tabac; ces effets, principalement issus de la circulation, du chauffage urbain et de l’industrie pour notre ville, sont quotidiens. 

Conscient que cette pollution, à des concentrations plus ou moins élevées, est permanente et insidieuse, nous avons ouvert le débat en séance sur la gratuité des transports en commun. En effet la gratuité des transports est un outil qui permet le report modal de la voiture aux transports en commun avec pour conséquences :

  • de diminuer de façon drastique l’usage de l’automobile, donc de diminuer la pollution atmosphérique liée au trafic ( moins d’émission de particules fines, moins d’oxyde d’azote, moins de CO2, …)
  • moins de pollution atmosphérique c’est de facto une meilleure santé publique
  • de faciliter, via « l’accès libre », une mobilité accrue des havrais dans leur ville ; c’est un acte de solidarité.
  • d’augmenter la fréquentation de la LER et contribuer ainsi à réduire les bouchons à l’entrée/sortie de ville donc à diminuer la pollution atmosphérique associée.

En septembre 2018, la communauté urbaine de Dunkerque (200 000 habitants) a adopté la gratuité des transports ; la fréquentation en semaine a augmenté de 55% et 120% les week-ends.

L’idée de transports collectifs gratuits fait son chemin et doit être pensée comme un outil d’une politique globale ; c’est l’une des recommandations de la mission d’information du Sénat conduite en 2019.