Conseil municipal du 26 juin 2017 : La gestion très dépensière d’Edouard Philippe

Lors du conseil municipal du Havre du 26 juin 2017 et de l’examen du compte administratif, nous avons  dénoncé la politique de rigueur de la mairie concernant les services aux Havrais et la frénésie de grands projets qui a considérablement aggravé le poids de la dette :

Délibération 29 (compte administratif- exercice 2016) et delib 30 (affectation des résultats)

Monsieur l’adjoint au Maire,

L’examen du compte administratif est pour nous l’occasion de revenir sur l’application de votre politique car il en est la traduction sonnante et trébuchante…Vous nous prouvez une fois de plus que vous appliquez une politique d’austérité, faisant fi des constats de notre territoire

En effet, vous affirmez dans la délibération 29, votre volonté de « maîtriser l’évolution des dépenses de fonctionnement ». Vous qui critiquez si vivement les baisses de dotations de l’Etat, vous en calquer le processus pour comprimer les dépenses de fonctionnement … Si bien que, situation ubuesque, dans ce contexte de disette budgétaire, vous parvenez à dégager un excédent de fonctionnement de 22 M d’€ ! et ceci, après plus de 8 millions d’excédent l’année dernière !!

Ces 22 millions d’€ correspondent à autant de services dont vous avez privés les Havrais, que ce soit à travers une baisse des subventions aux associations ou la détérioration des services publics dans notre ville ;

Ces 22 millions d’€ sont aussi le résultat de toutes les hausses que vous avez opérées sur les services indispensables, sur les impôts indirects qui ont augmenté de 5%, sur les recettes non fiscales qui ont augmenté de 2 M€ soit une augmentation de 5% !

Vous considérez qu’un service c’est d’abord une charge, donc il faut la réduire, quelque soient les difficultés de nos quartiers, puis le faire payer de + en + cher. Nous vous le répétons : continuer sur cette lancée ne fera qu’empirer l’hémorragie de population qui sévit au Havre depuis de nombreuses années.

Vous justifiez cette démarche par la volonté de dégager des ressources pour investir. Cela veut donc dire que vous prenez par exemple sur le budget des écoles ou des associations pour investir dans un Palais des Congrès, dans le réaménagement du quai Southampton,… projet, rappelons-le au combien inutile pour relancer le tourisme d’affaire, sans trains entre Paris et Le Havre, et sans aéroport …

Avec un excédent de fonctionnement aussi important, Mr l’adjoint, vous ne pourrez plus dire aux Havrais que vous devez baisser les subventions que vous leur accordiez auparavant, que la réforme des rythmes scolaires est un problème pour la commune, ou que vous êtes contraints d’augmenter les tarifs des services publics. Vous devez assumer le fait que c’est un choix politique, que ce n’est pas la faute de l’Etat ou de qui que soit, mais bien VOTRE volonté de refuser aux Havrais ce que vous leur devez.

 

Quand au niveau d’endettement, il atteint un seuil critique ; nous n’avons pas cessé de le dénoncer depuis 2 ans dans une indifférence quasi générale ;

Le magazine CAPITAL, qui n’est pourtant pas connu pour être un journal de gauche, titrait dans son édition du 21 mai 2017 «  La gestion très dépensière d’Edouard Philippe à la mairie du Havre »

Voici quelques éléments de cet article afin que nous puissions tous avoir un aperçu de l’étendue du problème :

« la série de grands projets menés sous l’ère d’Edouard Philippe s’est révélée très couteuse pour la ville et l’intercommunalité….

D’après les comptes de la ville et que nous avons passés au crible avec François Lainée, expert en finances publiques et l’Association Contribuables Associés, la municipalité semble avoir vécu largement au-dessus de ses moyens ces dernières années.

Rénovation des quais, construction du stade Océane, ligne de tramway, salle de spectacle, bibliothèque …Si la frénésie de gros projets a offert un beau lifting à la ville, elle a aussi sérieusement fait souffrir ses comptes … Depuis 2011, le poids de la dette de la ville et de l’intercommunalité s’est envolé de 32 % , à 2900 € par habitant en 2015. »  

Au passage, M Le Maire, cet endettement Ville + CODAH qui pèse sur chaque habitant nous l’avions déjà demandé à plusieurs reprises à votre prédécesseur avec pour seule réponse, « on n’additionne pas mes choux et les carottes » … Et bien les experts en finances publiques le font, et merci à eux : 2900 € par habitants en 2015 !

Je poursuis :

« le niveau d’endettement du Havre se rapproche dangereusement des seuils critiques fixés par Bercy, ce qui place Le Havre en très mauvaise position de santé financière par rapport aux autres villes de plus de 100 000 habitants, constate François Lainée, expert en finances publiques. »

 

On comprend alors mieux pourquoi les dépenses de fonctionnement vont être encore et encore comprimées, pourquoi les dépenses d’équipement ont baissé de plus de 30 % avec pour seules victimes les Havrais.

Pour toutes ces raisons, Mr l’adjoint au Maire, nous voterons contre les décisions 29, 30, 31.

Le groupe municipal : « Pour Une Nouvelle Gauche au Havre »

www.pourunenouvellegauche.fr