Conseil Municipal du 1er Fév. 2016 : « Comprendre la Perte d’habitants au Havre »

Lors du conseil municipal du Havre du 1er février 2016, Muriel De VRIESE, pour notre groupe « Pour Une Nouvelle Gauche au Havre » a démontré, en reprenant le quotidien des Havrais, pourquoi notre ville perdait ses habitants; voici le contenu de notre intervention :

Mr Le Maire,

Nous pouvons constater, dans cette délibération, une diminution des naissances « réellement havraises » et une augmentation des décès dans notre ville, ce qui est regrettable à bien des égards. Ceci nous renvoie irrémédiablement à un sujet dont nous avons beaucoup entendu parler suite à la publication des derniers chiffres de l’INSEE sur l’évolution de la démographie de notre ville. Nous avons ainsi pu apprendre que l’hémorragie de population constatée depuis de nombreuses années n’a pas cessé, bien au contraire … En 5 ans, nous avons perdu 6695 habitants, soit un peu plus de 1330 habitants par an, autrement dit presque 4 habitants par jour !

Alors, à part remettre en cause les chiffres de l’INSEE, (ce qui est, vous me l’accorderez, un peu faible en argumentation), il est grand temps de regarder les choses en face !

Pour comprendre la perte d’habitants de notre ville, il ne suffit pas de porter de jugements en observant la ville de haut et de loin, assis à un bureau. Pour comprendre la perte d’habitants, il suffit de vivre la ville au quotidien :

  • Le Havre, c’est une ville où l’on a du mal à trouver un travail. C’est en effet l’une des villes où le taux de chômage est parmi les plus élevés. Il est difficile d’y trouver un emploi, en particulier un emploi stable, qui permette de s’installer convenablement dans la vie et dans la ville. Malheureusement, le phénomène est accru pour les jeunes qui peinent à être embauchés, et même à trouver un stage …
  • Le Havre, c’est une ville où il est difficile de se loger à un coût raisonnable. En effet, les taux d’imposition sont parmi les plus élevés de France, ce qui ne donne pas envie d’acheter, et donc de s’installer durablement dans la ville … A ceci s’ajoute les tarifs des services publics qui ne cessent d’augmenter depuis votre élection.
  • Le Havre, c’est une ville où l’on peine à se soigner. On y a beaucoup de mal à trouver un médecin, qu’il soit généraliste ou spécialiste. Avec le vieillissement de population, beaucoup d’entre eux partent à la retraite, ou comme nos concitoyens, quittent la ville, laissant aux médecins Havrais des agendas surchargés, contraints dans la quasi-totalité des cas de refuser de nouveaux patients. La seule solution, en particulier pour les enfants, reste le service d’urgence de l’hôpital, très souvent bondé, même en cas d’une simple fièvre … Mr Le Maire, dîtes-moi pourquoi rester dans une ville qui n’arrive même pas à soigner ses enfants ? A ce sujet, mon collègue vous avait interpellé lors d’un conseil communautaire sur le silence de votre équipe face à une maison médicale qui aurait pu se créer dans le quartier de Caucriauville, à la demande de médecins et personnels médicaux, mais vous sembliez, comme à votre habitude, n’en avoir que faire ;
  • Le Havre, c’est une ville où l’on a beaucoup de mal à faire garder ses enfants, en particulier quand on travaille en horaires décalées, ou quand on n’a pas de famille sur place, ce qui contraint souvent l’un des deux parents à faire un choix entre travailler et les garder soi-même.
  • Le Havre, c’est une ville où les écoles ferment, et où les enseignants se battent pour proposer une école publique de qualité, sans soutien véritable de la municipalité ; une ville où les activités périscolaires sont réduites au service minimum. Un grand manque d’ambition en somme pour notre jeunesse …
  • Le Havre, c’est une ville où, faut-il le rappeler, les commerces ferment : après la fermeture des commerces dans les quartiers, c’est le centre-ville qui s’éteint à petit feu ;
  • Le Havre, c’est une ville qui devrait être animée, vivante ; mais les animations gratuites se font si rares hors période estivale… La municipalité ne soutient pas, ou alors seulement de façade, les initiatives de ses jeunes.
  • Le Havre, c’est une ville où l’offre de transport est incohérente et inachevée : aucun projet ferroviaire pour prolonger le tramway vers le Havre Sud et le Havre EST ; une entrée de ville saturée sans solution, une offre multimodale pas toujours adaptée. Le Havre, c’est aussi une ville isolée du reste du territoire français à cause d’un système de transports interurbains et régionaux désuets. Plus le temps passe, et plus on met de temps pour aller à Paris en train, et ne parlons pas des autres destinations …
  • Le Havre, c’est une ville qui, dans certains quartiers, ressemble presque à un désert numérique : il existe encore à certains endroits de réelles difficultés pour accéder au réseau, et surtout pour profiter du haut-débit.

Et oui, Mr le Maire, la liste est longue, trop longue … Pourtant, le Havre est une ville pleine d’atouts : sa position géographique, sa plage, son port parmi les plus grands d’Europe, sa zone industrielle importante, son architecture, ses établissements culturels et d’enseignement supérieur reconnus, la diversité de ses quartiers, sa mixité … Tous ces atouts sur lesquels il aurait fallu s’appuyer.

Alors reconnaissez-le, Mr le Maire, soyez honnête, la fuite inexorable des Havrais montre que votre politique est un échec. Il est grand temps de changer de cap et d’entendre ce que vous disent ceux qui vivent la ville au quotidien. De les entendre, et surtout de les écouter. Arrêtez de vous entêter dans une politique tape-à-l’œil, soi-disant en faveur du Havre. Le Havre, ce n’est pas qu’une vitrine, un cumul de bâtiments clinquants. Le Havre, c’est avant tout une population, riche de sa diversité, et c’est pour eux que vous devez travailler. C’est aux Havrais de tous les quartiers que vous devez penser et c’est vers eux que vous tournez votre politique.

Groupe municipal « Pour Une Nouvelle Gauche Au Havre »