Conseil Municipal du 13 mars 2017: Aménagement de la forêt de Montgeon

Au cours du conseil municipal du HAVRE du 13 mars, lors de la présentation du Projet d’Aménagement de la forêt de Montgeon , Christian BOUCHARD, au nom de notre groupe « Pour Une Nouvelle Gauche au Havre », a démontré comment ce projet préparait le passage pour un futur téléphérique, de la place Jenner à l’hôpital J.Monod :

M.Le Maire,

Dans cette délibération vous nous proposez de valider le principe de l’aménagement du parc forestier de Montgeon.

Enfin un projet qui concerne tous les Havrais !

Enfin un projet que nous espérions tant cette forêt est délaissée, ne serait-ce que par l’état du parc des jeux d’enfants qui se dégrade au fil des années ; dans ce projet, vous consacrez 7 % des coûts de ce projet, oui 7%, pour rénover cette aire de jeu ; royal !!

A priori, un projet qui paraît séduisant.

Pourtant, il faut s’interroger un peu plus en profondeur sur ce projet …

  • Premièrement, j’ai trouvé curieux que vous nous demandiez de valider un projet d’aménagement pour un coût de travaux estimé à 2 millions d’euros, exactement 2 160 000 € TC, sans nous fournir le moindre document en annexe, à minima un ou plusieurs plans, en fonction des actions proposées.

Peut-être avez-vous réservé ces informations à la presse comme à votre habitude ?

Peut-être allez-vous nous dire qu’il s’agit de valider un principe d’aménagement … Mais un principe estimé avec autant de précision c’est un projet, d’autant plus qu’il s’inscrit dans l’autorisation de programme 1237.17 « Aménagement de la forêt de Montgeon »

Alors, M. Le Maire, nous sommes allés voir ce projet  plus en détails :

  • Ce projet, du moins son coût, est consacré pour une grande partie à la circulation ; ce n’est pas vraiment ce que l’on attendait alors regardons de plus près :
  • Je cite « réouverture de la jonction directe au niveau de l’avenue René Dehayes » et repenser l’accès des piétons ; il s’agit , car tout le monde ici ne connaît pas l’avenue René Deshayes, de l’entrée de la forêt à côté des jeux ; aujourd’hui cette entrée bénéficie de 2 voies, l’une montante, l’autre descendante, séparées par un terre-plein engazonné. Alors pourquoi engagés 420 000€ dans une entrée qui semble fonctionnelle ?

J’ai fini par comprendre en faisant le rapprochement avec un courrier que j’ai reçu cette semaine, un courrier que vous m’avez envoyé et qui concerne les premières études du téléphérique ;

Rappelez-vous mes chers collègues, en février 2016,  ici même, dans cette assemblée, je vous demandais que me soit communiquées les études du téléphérique, demande effectuée également en décembre 2015 au conseil communautaire ;

Ces études M. Le Maire, vous ne me les avez JAMAIS communiquer, que cette demande soit faite en conseil communautaire, en conseil municipal ou même par écrit ! Bel exemple de fonctionnement démocratique ;

Il a fallu, Mes chers collègues,

que je saisisse la CADA, c’est-à-dire la commission nationale d’accès aux documents administratifs ;

Ce fut chose faite en octobre 2016 ;

Cette commission s’est prononcée le 12 janvier 2017 ;

Et c’est, Mes chers Collègues,

en application de la décision de cette commission d’accès aux documents administratifs, que, 2 mois après,  vous m’avez envoyé ce courrier.

Je vous lis :

« Conformément à l’avis n°20165129 rendu par la commission d’accès aux documents administratifs (CADA), je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint les documents… »

Bel exemple d’entrave au travail de conseiller, d’entrave à la démocratie ;

Sachez mes chers collègues,

Qu’il faut maintenant saisir la CADA pour obtenir des documents qui nous reviennent de droit !!

Après un rapide coup d’œil sur ces documents, j’ai donc constaté qu’une station du téléphérique, la station place Jenner, venait se nicher sur l’avenue René Dehayes ; on comprend alors beaucoup mieux la nécessité de refaire cette entrée de la forêt de Montgeon ;

Ce procédé ressemble curieusement à du saucissonnage de projet pour diminuer le coût de construction du téléphérique en transférant une partie des coûts sur l’aménagement de la forêt de Montgeon …

Alors certain vont dire que c’est une pure coïncidence, que les 2 projets sont distincts ;

je voudrais bien les croire mais, même avec beaucoup de bonne volonté, je ne peux pas,

je ne peux pas car une autre action majeure de ce projet m’a ouvert définitivement les yeux :

Il s’agit, je cite , de « créer un axe structurant central : un axe traversant la forêt du sud-ouest au nord-est, destiné au mode doux », pour un coût de 300 000 euros ;  

En fait, cet axe correspond au trajet du téléphérique qui rejoint la place JENNER à l’hôpital Jacques MONOD ;

Est-ce une nouvelle coïncidence sinon pourquoi ce nouvel axe structurant central ?

En fait, pour comprendre, il faut revenir aux contraintes d’un téléphérique, aux contraintes de survol : un téléphérique doit respecter une distance de 30 mètres au-dessus de la cime des arbres, ce qui reviendrait à mettre le téléphérique à 40/50 mètres du sol, mettre des pylônes supplémentaires, c’est-à-dire des contraintes techniques et des couts supplémentaires qui rendraient le projet difficilement viable; alors, pour éviter ceci, il y a une solution toute simple : c’est couper les arbres, supprimer des arbres centenaires, supprimer une partie du poumon du Havre, alors que nous venons de vivre des phénomènes de pollution majeures ;

OUI, vous voulez supprimer 30 000 m2 d’arbres, 3 hectares de forêt réduits à néant, non pas pour aménager la forêt de Montgeon comme vous voudriez nous faire croire et que vous vous empressez de détruire au passage, mais pour permettre au projet du téléphérique d’être réalisé, et ce, à moindre coût.

Un plan en annexe aurait permis de faire la superposition des 2 tracés ; mais pas d’annexe, pas de plan, donc pas de superposition possible !!

Je comprends, M Le Maire, que vous vouliez une nouvelle fois saucissonner ce projet de téléphérique, non seulement pour reporter une partie des couts sur le projet Montgeon, mais surtout vous voulez éviter d’ouvrir un débat sur la suppression de 3 hectares de la forêt de Montgeon lors du projet téléphérique;

quoi de plus perfide alors que de faire supporter par le projet de la forêt de Montgeon la suppression de ces 3 hectares d’arbres centenaires pour pouvoir passer demain un téléphérique en toute quiétude !!

Après avoir bafoué les règles les plus élémentaires en matière de communication des documents administratifs,

Vous vous apprêtez à tordre les règles imputables aux projets ;

Je vous demande donc, solennellement, M Le Maire,

De retirer cette délibération.

Le groupe « Pour Une Nouvelle Gauche Au Havre »