Conseil communautaire de la CODAH du 7 juillet 2016 : Fusion de la CODAH et de la communauté de communes de Criquetot

Mettre des mots justes sur  le mode de fonctionnement du conseil communautaire ça dérange; Christian BOUCHARD, au nom de notre groupe « Pour Une Nouvelle Gauche au Havre », a expliqué combien la politique de « consensus » et les négociations en coulisse étaient préjudiciables à la démocratie :

M. Le Président,

Par cette délibération, vous nous demandez de cautionner votre refus concernant le projet de périmètre de la fusion de la Codah avec la communauté de communes de Criquetot l’Esneval, notifié par arrêté préfectoral en date du 10 mai 2016

Depuis 18 mois, nous siègeons dans ce conseil, ce qui laisse le temps de d’observer, de découvrir son fonctionnement, ses propres codes, qui , parfois, au 1er abord, peuvent surprendre ; Après quelques temps, rounds d’observation et de pratique, qu’observe-t-on :

  • Si les réformes consécutives concernant les conseils communautaires visaient à en faciliter le fonctionnement et à introduire davantage de démocratie, elles ont conduit dans les faits à en confisquer la politique ;

  • Si l’intercommunalité a étendu son emprise, l’essentiel des négociations intercommunales s’effectuent plutôt en coulisses, à l’abri des regards des conseillers municipaux, et surtout des citoyens ; le Conseil communautaire est quant à lui le plus souvent en charge d’enregistrer les décisions prises en bureau communautaire.

  • Ces conditions rendent difficiles, voire impossible dans certain cas, la mise en débat de l’action intercommunale; confisquée, la politique communautaire ne peut être qu’une politique de consensus, qui peut brouiller l’image politique de certaines communes, voire de certains maire ;

Il y aurait encore beaucoup à dire sur ce sujet, en particulier sur le déséquilibre engendré par la démographie des communes, mais je ne vais pas m’étendre sur ce sujet pour revenir à la fusion;

Avec ce dossier d’intercommunalité, nous sommes passés dans une autre dimension ; la politique du consensus a laissé place à une autre politique qui pourrait s’apparenter à une politique de chantage et ou ou répondre à des décisions politiciennes prises dans une autre sphère qui échappe au conseil ;

Les propos de François Auber (Maire de St Jouin), dans la presse du 6 juin, propos qui résume la position d’E. Philippe (Maire LR du Havre) sur la fusion des communautés d’agglomération CODAH, CRIQUETOT et CAUX-ESTUAIRE en est une illustration parfaite : je le cite

« Il ne veut pas de Criquetot-l’Esneval qui veut de lui, il veut Saint-Romain qui ne veut pas de lui »

les propos de Mme Canayer, Sénatrice, propos également dans la presse , sont encore plus explicite :

« il (en parlant d’Edouard Philippe) accepterait cette fusion uniquement si celle de Saint-Romain acceptait de rejoindre ce nouvel ensemble ». Serait-on en plein chantage !!!

Pourtant lors de la réunion de la Commission départementale de coopération intercommunale (CDCI) du 11 mars, votre projet de fusion à 3 avait été rejeté car il n’avait pas obtenu les 2/3 des voix nécessaires ;

Alors pourquoi s’obstiner ?

Et, pourtant, n’y aurait-il pas un intérêt commun, un intérêt communautaire concernant le tourisme ? Saint Jouin de Bruneval, Le Tilleul, Etretat, la côte d’Albâtre , autant de sites touristiques qui auraient toute leur place dans notre communauté de communes, alors que le Havre, se veut et développe une politique touristique ? cette fusion prendrait alors toute sa dimension.

Mais, ce qui me gêne le plus dans ce dossier, c’est l’image que l’on donne à nos futurs partenaires du conseil communautaire ?

On veut bien vous accueillir mais à condition que ….

Quel bel esprit de développement de l’intérêt communautaire !!

Les fusions, que ce soit entre 2 ou plusieurs entreprises, ou entre communes, ou entre communautés d’agglo présentent toujours des difficultés ;une fusion peut devenir une réussite, ou bien laisser les cicatrices qui resteront un handicap ; mais il y a un élément déterminant dans la réussite, c’est l’intérêt porté à l’humain !

Force est de constater qu’à minima, nous sommes en présence :

    • d’un problème de méthode

    • de réticences voire de résistance

Ne compter pas sur moi pour ajouter des difficultés supplémentaires à ce dossier ; je ne m’associerai pas à cette proposition !

Le groupe municipal « Pour Une Nouvelle Gauche Au Havre »